Les vitraux de L’Immaculée

En octobre 2020 j’ai publié l’article sur les vitraux contemporains de deux églises datant de la reconstruction de Saint-Nazaire, Sainte-Anne et Saint-Gohard. Et tout récemment, début avril 2022, j’ai découvert d’autres vitraux intéressants grâce à une visite organise par la Mission Patrimoine, dans les cadre de Saint-Nazaire Ville d’art et d’histoire.

On quitte le centre ville pour le quartier de L’Immaculée, situé à la périphérie de Saint-Nazaire, connu surtout pour le bel étang du Bois-Joalland (j’en parle ici). Pendant longtemps, il n’y avait ici que des fermes et des hameaux, le bourg puis le quartier est vraiment né au milieu du 19e siècle avec la création de l’église. Elle a été érigée dans les années 1850 avec sa haute flèche et… des verres blancs. Des vitraux artistiques ont été installés en 1933 mais ils n’ont malheureusement pas survécu aux bombardements. Les vitraux actuels datent du tout début des années 1950, ils sont l’œuvre du maître-verrier Gabriel Loire, créateur d’un atelier très important à Chartres, réputé dans le monde entier.

Tout comme ceux de Sainte-Anne, les vitraux de l’église de L’Immaculée Conception ont été réalisés dans la technique des pavés de verre colorés, enchâssés dans du béton. Epais de 22 millimètres, chaque verre a été travaillé à la main, martelé et bouchardé, pour créer une surface irrégulière et ainsi obtenir une meilleure diffraction de la lumière. On le voit bien sur ce gros plan d’un détail de vitrail où les pavés de verre ressemblent à de grosses pierres précieuses :

Les 31 baies, qui représentent une surface totale de 53 m², ont été dessinées et réalisées par le maître-verrier lui-même. L’ensemble est dédié à la Vierge, avec non seulement des scènes de sa vie mais également la représentation de dates symboliques pour l’église catholique, comme la proclamation par le pape Pie IX du dogme de l’immaculée conception en 1854, trois ans avant la fondation de la paroisse et la bénédiction de l’église.

Le vitrail de gauche ci-dessus rend hommage aux artisans qui ont reconstruit l’église entre 1948 et 1950 (regardez bien, l’église en ruines après les bombardements est représentée en bas de la baie, la flèche reconstruite en haut).

Même par temps gris, les vitraux sont extrêmement lumineux et très beaux. Pourquoi pas profiter d’une promenade autour du lac du Bois Joalland pour monter dans le bourg et visiter l’église ?

Un Site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :