W comme… Whitney et Wilson

Mon blog à l’heure américaine ! Normal, je vais vous (re)parler du fameux Sammy, le monument américain sur le front de mer de Saint-Nazaire, et vous raconter l’histoire du monument. Je l’avoue, l’opportunité était trop belle d’avoir un W dans mon abécédaire. Même deux : W comme Whitney – Gertrude V. Whitney était la sculptrice de la statue – et W comme Wilson, Woodrow Wilson, le président américain pendant la Première Guerre mondiale. Car tout commence en 1917…

L’arrivée des troupes américaines

En effet, la statue du Sammy (que je vous montre sous tous les angles dans cet autre article) commémore l’arrivée des troupes américaines en France à partir de 1917, lorsque le président Wilson décide d’engager les Etats-Unis dans le conflit mondial pour soutenir les Alliés. Saint-Nazaire devient le premier port français de débarquement des Forces Expéditionnaires Américaines, pour les troupes et le matériel. Les Sammies – surnom des soldats américains en référence au personnage de l’Oncle Sam – étaient là !

arrivee-sammies
Débarquement des soldats américains à Saint-Nazaire pendant la Première Guerre mondiale. Déchargement de matériel boulevard Paul Leferme. – Photographe : inconnu. Collection Saint-Nazaire Agglomération Tourisme / Écomusée.

Avec les camps d’entraînement et les gigantesques infrastructures de stockage (munitions, vivres, locomotives, chevaux, automobiles…), Saint-Nazaire et ses environs seront vite surnommés « Little America ». Entre juin 1917 et novembre 1918, près de 200 000 soldats américains seront passés par le port de Saint-Nazaire (vous pouvez en savoir plus sur cette extraordinaire histoire à travers de très belles photos sur le site de Saint-Nazaire Tourisme – Ecomusée).

Une Statue de la Liberté pour Saint-Nazaire

Et notre Sammy là-dedans ? Il faut attendre le début des années 1920. La Saint-Nazaire Association, une association américaine réunissant d’anciens militaires stationnés à Saint-Nazaire et dans sa région, lance l’idée d’un monument célébrant l’arrivée des Américains. Ce serait un don de l’Amérique à la France, un peu sur l’idée de ce qui avait été fait (dans le sens inverse) avec la Statue de la Liberté…

sammy-vertical-1Des artistes sont sollicités pour soumettre des projets, et c’est là qu’entre en scène Gertrude Vanderbilt Whitney. Née en 1875, issue de la haute (et très riche) société new-yorkaise, elle avait choqué famille et amis en devenant artiste. Elle dessine, peint et sculpte ; dans les années 1900, elle avait découvert les milieux artistiques à Paris où elle aura appris notamment auprès de Rodin. Le projet de cette artiste, déjà connue pour des réalisations monumentales, séduit le jury : un soldat américain, casqué et en tenue de combat, est porté par un aigle aux ailes déployées, symbole de la puissance américaine. En tenant son épée comme une offrande, il se porte au secours de l’Europe. Soldat et aigle sont perchés sur le sommet d’une haute colonne. Cet ensemble monumental nous interpelle encore fortement aujourd’hui (photo ci-contre). Gertrude V. Whitney, qui à l’époque partage sa vie entre les Etats-Unis et la France, se rend d’ailleurs plusieurs fois à Saint-Nazaire pour choisir elle-même l’emplacement du monument sur la plage du Grand Traict.

Bronze et granit

Une reproduction en plâtre est présentée en 1924, au 14ème Salon des artistes décorateurs, installé au Grand Palais. En 1926, les éléments en bronze du monument sont coulés au sein de la fonderie d’art parisienne Henri Rouaud où les ouvriers posent fièrement à côté des éléments géants : les jambes du Sammy ou les ailes de l’aigle (dont l’envergure totale approche les 12 mètres !).

atelier-jambes

atelier-fonderie-1
Les deux photos : fonds Maltier. Archives municipales de Saint-Nazaire, 13J.

Dernière opération à Saint-Nazaire, et non des moindres : il s’agit de hisser la statue avec son poids de 10 tonnes sur son piédestal, un socle en granit breton haut de 16 mètres, réalisé par l’architecte Chaney et l’entreprise nazairienne Grazziana. Regardez bien la photo : l’épée du soldat n’est pas encore en place.

montage-socle
Fonds Maltier. Archives municipales de Saint-Nazaire, 13J.

Quatre jours de Fêtes franco-américaines

Le monument sera dévoilé le 26 juin 1926 devant plus de 30 000 personnes, dans le cadre de grandes Fêtes franco-américaines qui durent quatre jours, du 24 au 27 juin. Quatre journées de festivités : le programme comporte, entre autres, concerts, événements sportifs (une « course de natation » dans le bassin de Saint-Nazaire !), défilés et retraites aux flambeaux, bals, banquets, feux d’artifices, cortège des reines des quartiers de Saint-Nazaire… et accessoirement, serait-on presque tenté de dire, dévoilement du monument le samedi 26 juin à 10 heures. De nombreuses personnalités françaises et américaines sont présentes, dont l’ambassadeur Myron T. Herrick, le Général Pershing, des ministres… Ce sera aussi l’occasion pour Gertrude V. Whitney de recevoir la Légion d’honneur des mains du ministre français de la Marine.

Whitney-decoration
Nozais éditeur. Archives municipales de Saint-Nazaire.

La deuxième vie du Sammy

Très vite le Sammy devient un point de vue incontournable sur le front de mer, déjà à l’époque le lieu de promenade attitré des Nazairiens, et fait la joie des photographes.

statue-annees-20
Photographe : inconnu. Éditeur : Keystone View Company. Collection Saint-Nazaire Agglomération Tourisme-Écomusée.

Personne ne se doute alors que seulement 15 ans après, il allait disparaître, qu’une longue parenthèse de près d’un demi-siècle allait priver les promeneurs de cette vue familière ! En effet, l’occupant allemand fera sauter le monument le 13 décembre 1941 pour récupérer le bronze (et, on imagine, effacer cet humiliant rappel de la défaite de 1918). Il faudra attendre le milieu des années 1980 pour qu’une poignée de Nazairiens passionnés lance une grande souscription franco-américaine afin de faire reconstruire le monument. Ce sera fait, quasiment à l’identique : grâce à la maquette offerte à la Ville de Saint-Nazaire en 1956 par la fille de Mme Whitney, le sculpteur Pierre Fouesnant pourra réaliser la statue. Le bronze sera coulé à la Fonderie Joly, à Saint-Aignan-de-Grandlieu. Une plaque a été ajoutée pour rappeler cette renaissance du monument et sa deuxième inauguration, le 24 juin 1989.

plaque-reconstruction

Boulevard Wilson

Et qu’est-ce qui justifie le « W comme Wilson » ? Le président Wilson a-t-il un lien avec Saint-Nazaire ? Pas directement, mais à la sortie de la guerre la ville tient à rendre hommage à Woodrow Wilson, Prix Nobel de la Paix en 1919, et donne son nom à la rue de Nantes, alors l’artère principale de Saint-Nazaire. Lorsqu’en 1925, celle-ci recevra le nom d’Henri Gautier, c’est le boulevard de l’Océan, sur le front de mer, qui sera à son tour rebaptisé boulevard du Président Wilson.

Entre le front de mer et les villas du quartier de La Havane, c’est toujours une des plus agréables rues de Saint-Nazaire avec ses belles façades… et bien sûr le meilleur point de vue sur le Sammy !

Je remercie pour leur aide les Archives Municipales de Saint-Nazaire et Saint-Nazaire Agglomération Tourisme – Ecomusée. Si vous vous intéressez à l’histoire de Saint-Nazaire, n’hésitez pas à consulter leurs sites web très riches.

Lire aussi S comme… Sammy, avec de nombreuses photos du monument.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :