B comme… la Brière au fil des mois

Vous connaissez peut-être la Brière uniquement sous le soleil de l’été, pour une journée dans la nature, une balade en chaland, une promenade pour trouver la plus belle chaumière… Or ce serait dommage de ne garder qu’une image estivale de ce paysage unique qui sait si bien changer de lumières et de couleurs au fil des mois.

La vue depuis le belvédère de Rozé vous en donne un petit aperçu : regardez ce coin de Brière avec les couleurs éclatantes du printemps ou légèrement voilé par une brume d’octobre.

Même les inondations hivernales ne se ressemblent pas. Sous le ciel bas de février, le paysage quasi-monochrome semble flotter, alors que le soleil de décembre fait ressortir de grandes étendues d’un bleu profond, compact.

J’aimerais vous faire découvrir ces différentes ambiances au fil des mois. Bien sûr, chaque année est différente, végétation et météo obéissent à leurs propres lois plutôt qu’au calendrier. Mais dans l’ensemble, voici ce que vous pouvez trouver en Brière tout au long de l’année.

Janvier – février

Il y a des chances que là où pendant l’été vous avez fait une randonnée s’étende maintenant un grand lac… En effet les inondations, plus ou moins importantes, font partie de l’hiver en Brière.

Une Brière prise dans la glace, c’est plus rare ! Je ne sais pas s’il arrive que des canaux gèlent pendant plusieurs jours, en tout cas je ne l’ai jamais vu. Mais il suffit d’un matin où le thermomètre reste bloqué autour de zéro pour assister à un lever de soleil hivernal dans un paysage étincelant de givre. De la magie pure !

Les ragondins qui peu de temps avant nageaient encore dans un canal, comme toujours l’air très affairé, se dandinent maintenant sur une mince couche de glace, un peu déboussolés…

Je suis toujours ravie quand je vois les tout premiers chatons qui annoncent le printemps, dès le mois de février.

Mars – avril

C’est l’explosion ! Explosion de couleurs, de feuilles d’un vert encore tout acidulé, de buissons fleuris… Pendant un moment, des arbres encore nus ont des voisins déjà couverts d’un feuillage tout neuf, et puis tout va très vite. Du jour au lendemain, il n’y a plus que du vert (ou presque…).

Mai – juin

Admirez les chaumières qui sont très en beauté : elles se parent ici d’une belle glycine, là de rosiers exubérants.

Les vaches ont commencé leur estive dans le marais. Chaque année au printemps, les éleveurs briérons emmènent les troupeaux, plusieurs centaines de bêtes en tout, au cœur du marais où ils restent en pâturage jusqu’à la fin de l’automne. Mine de rien, les vaches contribuent ainsi à l’entretien du marais qui sinon s’étoufferait vite sous la végétation.

Choses vues lors de mes promenades dans et autour du marais…

Si le jaune des iris illumine le marais, il y a malheureusement une autre fleur jaune qui, elle, n’est pas la bienvenue en Brière : la jussie. Plante très invasive, il faut l’arracher chaque été à la main pour essayer d’endiguer sa prolifération dans les prairies humides.

Juillet – août

Les petits ports tout autour de la Brière sont en pleine activité. Les promeneurs en barque, qui connaissent intimement le marais, vous emmènent loin au fil des canaux et des piardes (plans d’eau). Regardez, écoutez, respirez, vous êtes en Brière !

Ailleurs, les randonneurs vont vérifier les toutes premières mûres – elles commencent à prendre de la couleur mais pas encore de la douceur – et photographier des jardins débordant de fleurs. La cigogne, imperturbable, espère que les grenouilles seront au rendez-vous plus tard dans la journée, la sauterelle se prend pour un caméléon et les vaches prennent parfois des drôles de poses quand elles se regroupent au bord de l’eau.

Septembre – octobre

Encore très vert, déjà un peu doré, des canaux comme des miroirs… c’est peut-être pendant ces mois de transition, où le temps est suspendu et chaque belle journée appréciée comme un cadeau, que j’aime le plus les paysages de Brière.

Certains matins, la brume estompe les contours et les couleurs, et dans les prés d’éphémères tissages s’accrochent aux moindres brindilles.

Novembre – décembre

Le mois de novembre, ce mal-aimé, peut être surprenant en Brière, avec un dernier festival de feuilles et de lumières dorées.

Et puis, même en l’absence de neige, l’ambiance devient franchement hivernale. Souvent les premières inondations commencent alors à transformer le paysage.

Et si vous voulez voir quelque chose de typiquement briéron, faites un petit tour par le port de La Chaussée-Neuve, à Saint-André-des-Eaux. Ici, la tradition du roseau (ou chaume) est encore vivante : coupées au début de l’hiver, dès les premières gelées, les bottes de roseau sont déposées sur le bord du canal où elles forment une véritable petite forêt. Elles restent en place jusqu’à la fin de l’hiver.

Et vous, quelle est votre saison préférée en Brière ? N’hésitez pas à partager vos coups de cœur en commentaire.


Si vous voulez en savoir plus sur la Brière : sur mon blog vous trouverez plusieurs articles thématiques que j’ai déjà publiés. Allez vite dans le menu, à la lettre « B comme Brière » ! Et bien sûr le site du Parc naturel régional de Brière est très riche en informations, actualités etc.

2 commentaires sur “B comme… la Brière au fil des mois

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :