V comme… vert

Dans la palette des couleurs qui vont bien à Saint-Nazaire, le vert tient une belle place ! Je vous ai déjà parlé du Jardin des Plantes, des étangs en pleine nature mais si proches de la ville, du chemin des Douaniers, très boisé sur une grande partie, sans oublier les zones humides en bordure du marais de Brière.

Aujourd’hui je vous emmène dans trois beaux espaces verts dans la partie ouest de la ville. Et en bonus, un petit tour au Parc paysager, le coeur vert de Saint-Nazaire. Partout en ce mois d’avril, le vert est particulièrement… vert !

Les Jardins d’Océanis

Point de départ : l’intersection de la rue du Lérioux et du boulevard de l’Université (voir infos en fin de l’article). Ce joli parc le long du boulevard de l’Université a été créé il y a près de 30 ans, en tant que « coulée verte » mettant l’accent sur les parfums méditerranéens mais également des essences du bord de l’océan. La gamme des verts semble presque infini (comme on peut le constater sur la photo en haut de la page, prise dans les Jardins d’Océanis), et il y a quelques beaux arbres dont ce chêne qui doit avoir un âge respectable.

La vedette (un peu en retrait, il faut la chercher) : un magnifique eucalyptus aux feuilles bleutées.

Ce parc n’est pas très étendu, on le parcourt en peu de temps. C’est pourquoi je propose de combiner la promenade avec soit un tour au bois de Porcé, soit dans le Val de la Courance. Pour rejoindre le bois de Porcé, il faut d’abord aller jusqu’au plan d’eau des Jardins d’Océanis, une marche de seulement quelques minutes depuis le point de départ, contourner ce petit étang et continuer la promenade à travers la forêt naturelle dans le prolongement d’Océanis.

Le Bois de Porcé

En quelques minutes, le chemin à travers la forêt vous emmène jusqu’à la route de Saint-Marc (à traverser avec prudence), et de l’autre côte de la route vous voilà dans le Bois de Porcé.

Petit paradis de tranquillité, le bois de Porcé, légèrement vallonné, vous plonge en pleine nature. Sur environ 11 hectares boisés, vous trouvez de beaux arbres, tout un réseau de chemins, une petite rivière qui coule au milieu, un parcours de santé, et au bout… la mer, la plage de Porcé.

Le Val de la Courance

Le départ du chemin du Val de la Courance se trouve juste en face de l’arrêt de bus que j’ai indiqué comme point de départ pour la promenade d’Océanis ; de l’autre côté du boulevard de l’Université, il suffit de repérer le panneau avec le tracé du chemin. Des chemins plutôt, car très vite vous aurez le choix de plusieurs chemins « de traverse ». En plus ils ont de jolis noms : chemin de la Prairie des Rochelles, des Landes aux mûres, de l’Ile des mers…

Pour les Nazairiens, la Courance est surtout le nom d’une des plus belles plages de la ville, et d’ailleurs, c’est là que se termine le chemin (vous mettrez environ 30 minutes depuis le point de départ). Mais c’est aussi le nom d’un minuscule ruisseau qui a donné son nom à ce chemin, créé il y a quelques années pour mettre en valeur ce vallon, suite à une initiative du conseil de quartier de Saint-Marc-sur-Mer .

Avec ses sentiers tantôt bordés de haies, tantôt longeant maisons et lotissements récents ou encore s’ouvrant sur de grandes prairies, cette promenade offre une belle diversité. Dans la dernière partie, alors qu’on entend déjà les vagues de l’océan tout proche, c’est un petit bois très lumineux qu’on va traverser.

Le chemin du Val de la Courance vous fait aussi passer dans les hauteurs de Saint-Nazaire : ici on dépasse allègrement les 40 mètres d’altitude ! Pas étonnant donc qu’un moulin ait été bâti ici, le moulin des Rochelles qui a fonctionné de 1864 à 1915, avec trois meuniers successifs dont une meunière. Ce moulin à vent qui produisait de la farine de blé servait aussi d’amer, un repère pour la navigation visible depuis l’estuaire.

Juste à côté, vous verrez ce qui reste du calvaire des Rochelles, monument religieux du 16e siècle, à savoir son piédestal et sa colonne bosselé qui lui ont valu d’être inscrit aux Monuments historiques (la croix est récente).

Ces deux monuments sont indiqués depuis le chemin principal et ne constituent qu’un bref détour. J’avoue que j’ai découvert ce patrimoine il y a quelques années seulement, et je suis sûre que de nombreux Nazairiens ne le connaissent pas.

Il y a encore beaucoup de choses à voir sur ce chemin : par exemple une souche de dimensions impressionnantes qui évoque quelque bête imaginaire, et près du chemin du petit Gavy dans la première partie du chemin, de vrais animaux, des moutons en éco-pâturage sur une parcelle.

Et j’ai passé un bon moment devant ce buisson fleuri : le vert c’est beau, mais des fleurs de ce rose intense, c’est magnifique !

Le Parc paysager

Venant des quartiers ouest, on « redescend » littéralement vers la ville. A deux pas du centre ville, et avançant jusqu’au front de mer, le Parc Paysager n’est plus qu’à 5 ou 6 m au-dessus de la mer ! Il a été aménagé après la guerre, sur une grande zone marécageuse ; d’ailleurs le quartier s’appelait autrefois le Grand Marais. Remblayé à partir de 1945 avec des gravats de la ville sinistrée recouverts de sable et de terre végétale, ce marais s’est transformé en un parc très étendu (environ 26 hectares). Vous y trouvez un lac avec jet d’eau et toute une population d’oies, de canards et de poules d’eau, des tables de pique-nique, des aires de jeux pour les petits, beaucoup de place pour courir et jouer…

Je pense que pour beaucoup de familles nazairiennes, ce parc est un peu un prolongement de la maison : on y est comme chez soi, et on y est très bien !

Et je n’ai pas oublié le Jardin des Plantes, ce joli parc en ville, sur le front de mer ; je n’en parle pas ici car je lui ai déjà consacré un article.


Comment s’y rendre ?

Jardins d’Océanis, Bois de Porcé et Val de la Courance : arrêt de bus « Lérioux » (desservi par les lignes U1, du lundi au samedi, et Hélyce, 7j/7) à l’intersection de la rue du Lérioux avec le boulevard de l’Université ; si vous arrivez en voiture, places de stationnement en bordure de la rue du Lérioux.

Parc Paysager : la ligne U2 (du lundi au samedi) dessert les arrêts Lebrun (avenue François Mitterrand), Soucoupe (avenue Léo Lagrange) et Parc Paysager (avenue Pierre de Coubertin), ce dernier arrêt est également desservi par la ligne Hélyce (7j/7). On se gare facilement le long des avenues autour du parc.

La promenade du Val de la Courance est aussi très agréable à faire à vélo.

Retrouvez les espaces verts présentés dans l’article sur cette carte.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :